BIENVENUE  !

Oui, soyez toutes et tous les bienvenus ! 
« Vaqui l'aubo que moun amo esperavo pèr s'escarrabiha. » Une phrase écrite par Frédéric Mistral dans son œuvre intitulée  « Memòri & Raconte ». Quelques mots inspirés au Maître de Maillane par  « Li Dous Agnèu »,  « Pauloun »,  « Le Paure »,  « Louiseto » et d’autres perles poétiques extraites de Li Margarideto le premier livre né de l’esprit de Joseph Roumanille qui était son aîné de douze ans. On sait ensuite l’amitié qui a uni les deux Primadié pendant plus de cinquante ans.

 « Voici l’aube… » c’est aussi les mots que j’aurais aimé écrire quand j’ai découvert – malheureusement sur le tard, je le confesse volontiers-,  la littérature et la poésie provençales, puis celle de langue d'Oc. Dans notre société détraquée qui marche sur la tête, je me suis inventé un monde, une "Arcadie". Là, je peux lire encore et encore les œuvres des Félibres : Bien sûr, Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, Folco de Baroncelli, Joseph d'Arbaud, Théodore Aubanel etc. Il ne faut pas oublier la generation ds écrivains actuels : Michel Courty, Philippe Blanchet, Claude Mauron, etc. Je me dis souvent que pour avoir conçu de telles œuvres, il faut être en état grâce. Comme l'ont été aussi tous les écrivains de langue d'Oc (au singulier) : Max Rouquette, Jean Lafont, Jean Boudou, Louisa Paulin, Marcelle Delpastre, Michel Camelat et plus proches de nous, Philippe Gardy, Philippe Martel, Jean-Frédéric Brun, Jean-Claude Forêt Florian Vernet...... On peut remonter le temps pour retrouver Pey de Garros, Bertrand Larade, Bellaud de la Bellaudière, Goudouli, Ismaël Despuech, Du Bartas,... Impossible de citer tous les poètes et écrivains de langue d'Oc...

Au temps de la naissance de ce mouvement, c’est grâce à cela que nous sommes là aujourd’hui, le jeune Mistral a su traduire en vers les sentiments du cœur que lui murmurait à l’oreille sa muse provençale. Avec sa seule plume, le Chef de la troupe rebelle à su habiller de belles fleurs blanches cette langue méprisée en lui donnant une œuvre magistrale, universelle et éternelle : Mirèio.

Une chaîne de télévision, une  « Web-TV », pour mieux faire l’union charnelle entre l’image et les traditions et surtout notre langue maternelle. Une télévision pour partager, pour défendre pour maintenir et développer nos coutumes. Avec d’abord, le Félibrige, mais aussi la gracieuse Reine d’Arles, l’Antique Confrérie de Sant-Georges qui a fêté son cinq centième anniversaire en 2012, ,  la Nacioun Gardiano, héritage de Folco de Baroncelli, Marquis de Javon, la Confrérie des Saintes Maries qui célèbra ses sept siècles d’existence en 2015,  le parler local avec notre langue maternelle, le costume, les manades, la bouvino et la roussatino avec nos taureaux et nos chevaux camargue, sans oublier les acteurs de la culture provençale -écrivains, poètes, artistes de toutes sortes- et toutes celles et ceux qui œuvrent pour le bien de tous…

Tout cela pour honorer la mémoire de nos Devanciers, pour marcher dans leurs pas, tête haute et sans jamais faillir. Afin que nos coutumes ne tombent pas dans l’oubli. Et puis parce que chez nous, il y a un mot plus fort que l’amour : l’afecioun…

Pour exprimer votre satisfaction dans la grille de sondage ci-dessous, le faire sur la version française du site.

Philippe Reig
Mèstre d'Obro dóu Felibrige

Darrier apoundoun

22 septembre 2016 : lancement du site...

VOTRE SATISFACTION

Votre site est :